Les Batailles d'Afrique

Jeu de rôle sur la Guerre d'un An
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Chapitre deux: L'approche Fédérale

Aller en bas 
AuteurMessage
Maître du Jeu
Admin
avatar

Nombre de messages : 151
Age : 30
Localisation : Terre-Afrique
Date d'inscription : 16/01/2007

MessageSujet: Chapitre deux: L'approche Fédérale   Lun 13 Aoû - 16:16

Dans cette zone pleine de maquis, il valait mieux avoir l’avantage de la surprise et, manque de chance, c’était ici l’ennemi qui en disposait. Klydra avait comprit, à la troisième missive, que trop paniqué pour faire quoi que ce soit, le Zaku de Balmund allait sans doute y passer. Elle se dit finalement qu’il s’agissait peut-être de sa chance pour remporter la bataille: si c’était lui qui était visé, elle pourrait trouver l’adversaire! Quelques secondes après sa réflexion, une salve de tirs sortirent des buissons en direction du MS du malheureux qui reçut une partie de l’assaut sur le cockpit et sur le bras droit, lâchant sa hache. Le Zaku sniper envoya alors un tir sur l’endroit désiré et contacta son compagnon:
#Ca va, Zwim ? Je pense avoir dégommé le Fed’.#
#Mer…Merci, dit une voix au bord des larmes.#
Le Zaku de Zwim voulu alors rejoindre la cachette de Klydra mais au moment de se retourner, une autre salve de tirs vint s’abattre sur lui, détruisant la tête et faisant trébucher l’appareil !
#Salopards! # Hurla la femme qui tira en direction du feu mais, là où elle croyait avoir abattu le premier ennemi, quelque chose sortit du maquis et commença à pointer ses canons en direction du Zaku de Klydra !

Le village de Glindi était assé proche de Nairobi et avait été construit après la conquête spatiale, par quelques habitants de la ville et quelques touristes désireux de s’établir. Il était devenu, lors de la guerre, un refuge sympathique pour les forces de Zeon qui y trouvaient là une sorte de second foyer, eux qui étaient si loin de chez eux. Tôt ce matin là, le dix novembre, un groupe de Fédérés étaient entrés dans le village avec du matériel de communication sans se faire remarquer, sauf par un vieillard, qui avait été froidement abattu puis caché. Ce matériel fut ensuite caché et monté dans une maison qui fut « nettoyée ». L’émetteur radar devait permettre une localisation plus vaste du périmètre, le sous-lieutenant James Steewart le savait bien et c’est pourquoi il n’avait rien laissé se détourner de sa mission. Il ordonna ensuite à ses compères de retourner à leurs appareils et de combattre, car le radar, traversant les particules Minovsky sur place, avait fait une sacrée découverte. Il pensa alors : « J’espère qu’il n’y en a pas d’autres plus loin car je dois le reconfigurer en balise tout de suite… ».
L’homme de grande stature et aux yeux perçant regarda alors ses deux amis et dit: « Bonne chance, l’avenir de la terre est entre vos mains. »

Le Zaku de Klydra commençait à céder face aux deux big tray qui s’opposaient à elle mais à une centaine de mètres d’elle, les feuilles commencèrent à bouger et un autre MS se leva. Les mitrailleuses des big tray le ciblèrent mais la machine fit feu avant, faisant reculer l’un des énormes chars fédéraux. L’autre, celui plus proche du Zaku de Klydra, tira de tout bords et endommagea sérieusement le MS salvateur à la jambe. Cependant, ils s’attaquèrent conjointement à la machine grâce aux haches lancée sur la tourelle qui fit exploser l’engin grâce au choc et à la chaleur des générateurs internes des armes. Enfin, le dernier tank, déjà très abîmé par son combat, fut abattu par la mitrailleuse du Zaku fraîchement arrivé.
#Ouf…tu m’as sauvé la vie, j’ai peur que Zwim n’aie pas eu cette chance par contre…#
#Oui, dit la voix de Sylden, une chance que je sois arrivé à temps.#
#Eh bien, pour un petit dessinateur, je dois avouer que tu t’es bien battu, un seul engin ne fait pas le poids, mais deux…#
Posant son pied sur la main du Zaku, la belle jeune femme descendit ensuite au sol, en attendant le capitaine et les autres pour voir si il y avait des survivants.
Luder arriva au bout de 5 minutes, il regarda d’abord les chars puis le Zaku et constata qu’aucun n’avaient survécu.
« Bon sang, dit le capitaine en voyant son coéquipier, vous n’auriez rien su faire? »
« Non, dit la femme, il s’est conduit en lâche, mais ce n’était pas sa guerre… »
Sylden resta en retrait, regardant juste les réactions de chacun. Luder tapa du poing au sol puis des larmes commencèrent à perler son visage mais il les essuya vite, il était vraiment trop sensible, Klydra semblait touchée aussi et moins barbare que d’habitude, pensa le jeune homme.
Ils enterrèrent les deux Fédéraux ensembles puis firent une tombe pour Balmund. Pendant ce temps, Luder maintenait la surveillance dans le seul MS intacte. En début d’après-midi, ils commencèrent à se demander où était Von Roy qui n’était pas réapparut. A la nuit tombée et sous la direction de Frederik, ils commencèrent à réparer les MS endommagés avec celui de Zwim. Loudvick ne reparut qu’au matin, les mains dans les poches !
« Mais où étais-tu donc, salaud, lui beugla Luder ! »
« J’ai décidé de réfléchir avant d’agir, mon capitaine, je vois que nous avons fait le tri ici, désignant la tombe de Zwim. »
A ces mots, Luder lui sauta à la gorge et le menaça de son revolver, disant qu’il serait juger pour haute trahison. Ce dernier rétorqua alors qu’ils s’étaient éloignés de leur ordre de mission sans raison et qu’il était sous une permission. Luder le lâcha puis ne su quoi répondre. « Allons Frederik, tu as des hommes entraînés et qui t’apprécient, la perte de Zwim était nécessaire, lui dit Von Roy, qui alla près des deux autres. »
De retour dans leur MS, tous se dirigèrent vers le camp Fédéral qui devait maintenant être presque vidé mais ils étaient tout de même troublés par les paroles acerbes de Loudvick Von Roy.
Un big tray et quelques jeeps restaient encore là, elles furent décimées rapidement, tout comme le tank, qui ne fit pas le moindre dommage au pilote d’élite de l’équipe.
Et c’est donc le 11 novembre 0079 au matin qu’ils partirent de la zone.

A une trentaine de Km de là, un avion largue au nez et à la barbe de Zeon toute l’équipe du Gold Lion. Les attendent comme prévu, une jeep, celle de James Steewart et des ressources pour l’alimentation de leurs appareils. Leur mission est clair, ils doivent préparer l’invasion du sol Africain toute proche en évitant au maximum d’être repéré, même si un GM, le nouveau modèle fédéral, risque de ne pas être des plus discret, et en offrant aux alliés une voie de communication sûr.

Ils revinrent ensuite à la base sans encombre le 13 novembre à 14 h. L’un après l’autre, les Zaku entrèrent dans la zone puis à 15 h, on convoqua Luder pour son débriefing. Il raconta la mission en omettant l’incident avec Sylden puis avec Von Roy et ensuite, son chef, le colonel Gard le coupa:
« Suffit, capitaine, vous avez bien travaillé et vos hommes, ce qu’il en reste, aussi, mais j’imagine que vous n’êtes pas au courrant du front? »
« Non, mon colonel, je n’ai eu que les informations sur notre probables victoire à Odessa. »
« Nous avons échoué à Odessa, capitaine, et je craint que la hiérarchie n’abandonne la terre à son triste sort. »
« Mon col…Frederik, s’il n’était pas aussi horrifié par ces nouvelles, aurait été très content de ses prévisions exactes, après tout, il avait au moins bien prévu ces évènements. »
« Suffit! Mais j’ai confiance en votre unité, vous faites du bon travail et c’est le principal pour moi. J’ai…j’ai vidé les finances de la base pour commander quelques nouveaux appareils cachés dans nos entrepôts, j’espère que si le moment vient où nous en auront besoin, ils feront la différence sur l’ennemi. »
« Merci de me confier cela mon colonel… Luder était perplexe sur l’attitude à l’adopter vis à vis de ce gradé qui semblait désespéré, il choisit de ne rien dire pour l’instant tout de même. »
« Ah oui, le lieutenant Loudvick Von Roy de votre unité sera affecté à l’escadrille du colonel Char Aznable, la fameuse Comète Rouge pour une mission en Amérique, je n’en sais pas plus. »
« Bien, mon colonel ! »
Luder partit en ne sachant quoi penser des informations obtenues et du départ de Von Roy. Il confia l’information aux autres puis resta de repos quelques jours. Loudvick, lui, partit ce jours là dans une navette, très heureux de pouvoir se battre aux côté de pareil héros de guerre.

Jusqu’au 1er décembre, le travail à la base consista à rapatrier les nombreux blessés arrivants de partout, plus de mission, plus de nouvelles non plus mais cette nuit là, des militaires vinrent dans les quartiers de Sylden et lui demandèrent apparemment de se rendre aux autorités. Celui-ci refusa et assuma ses deux assaillants dans une force qu’il ne connaissait certainement pas lui-même. C’était à une heure du matin et à une heure et quart, toute la base était en alerte, il avait prit son Zaku II et avait filé en faisant preuve d’un instinct de survie monstrueux, proche du New-type dirent certains de la base. On interrogea Luder et Mirtiana intensivement pendant deux jours, sans vouloir leur dire de quoi il s’agissait au juste puis, enfin, ils furent libérés et convoqués chez le colonel Gard qui leur expliqua la situation:
« Votre coéquipier, le lieutenant Sylden Liviac maintenant radié de l’armée à vie a été accusé de haute trahison! »
Luder sentit ses jambes s’effondrer, Klydra était plus calme, bien qu’on voyait à ses traits qu’elle était choquée.
« Il a été reconnu coupable de sabotage, ce qui mena à la mort plusieurs soldats. Side-3 a déjà prononcé la sentence. »
Klydra, voyant que son capitaine avait du mal à le supporter, demanda à sa place:
« Et alors? »
« N’étant plus soldat, il doit être décapité! Je m’excuse qu’on vous… »
Les mots du colonels sonnaient parfaitement creux dans l’esprit de Luder qui ne les comprenaient plus et une fois la discussion terminée, il alla vomir.
Confinés dans leurs quartiers jusqu'à nouvel ordre, ils purent sortir quelques jours plus tard, le 5 décembre, lorsque des explosions se firent entendrent aux alentours ainsi que l’alarme de la base. Nairobi était attaquée!

L’unité de Bart Wartoon avait installé un système de reconnaissance entier et grâce à toute ces outils, une liaison avec le QG fut créé:
« Allo? Dit la voix de Jaburo, unité Gold Lion? Ici QG, êtes-vous sur place? »
« Oui, QG, nous sommes sur place, dit Alisson Mc Clif. Peux de patrouille détectées mais les bases semblent correctement armées et difficiles à prendre, comme des bases de Zeon quoi. »
« Bien reçu, tâchez de vous souvenir que vous êtes en train de nous faire gagner la terre, terminé! »
Après cela, une autre communication s’ouvrit avec le QG lorsque les dizaines de MS de Zeon arrivèrent pour se cacher, Gold Lion appris ainsi que l’assaut se ferait le 5 décembre. Ils devraient être proches de la base pour que cette dernière puisse être touchée au bon moment. Ainsi se termina la première phase de l’opération Ragnarok.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpgguerred1an.1fr1.net
 
Chapitre deux: L'approche Fédérale
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Générique FAKE LOVER™ chapitre deux, saison deux.
» Générique FAKE LOVER™ chapitre deux, saison six.
» Mission Chapitre deux: « L'union, même de la médiocrité, fait la force. » [Livre II - Terminé]
» No Man's Land, Chapitre Deux : Destruction
» Le chemin de l'éternité - Chapitre deux - Introduction [PV Néro Elem]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Batailles d'Afrique :: Divers :: Les chroniques de Ragnarök-
Sauter vers: