Les Batailles d'Afrique

Jeu de rôle sur la Guerre d'un An
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Jaburo QG de la Fédération

Aller en bas 
AuteurMessage
Carl Bezanah

avatar

Nombre de messages : 40
Age : 31
Date d'inscription : 24/01/2007

MessageSujet: Jaburo QG de la Fédération   Mar 27 Mar - 7:22

Voilà, avec l'accord de mes camarades, j'ai créé l'introduction de la Fédération. C'est un peu long à lire, mais c'est juste une intro. j'ai fractionnné en plusieurs message car c'était trop long pour un seul.

Jaburo, base ultra secrète de la Fédération terrienne construit en partie sous la ville de Brasilia, indétectable et surtout imprenable (à moins d’y faire tomber une colonie).
Dans ce labyrinthe de couloir plus étroit les uns que les autres, la section spéciale des « Gold Lion » y vivait, s’entraînait, faisait les fêtes etc…
Ce jour là, Carl Bezanah, comme à son habitude, pendant les jours de repos, avait passé la matinée à travailler sur sa voiture de collection, une Mustang Shelby GT500. Le but de la manœuvre était de transformer cette mythique voiture à essence, en une voiture qui serait susceptible de fonctionner avec un carburant alternatif, faute de trouver de l’essence sur cette planète. Après s’être passé à la douche, il retrouva Bart pour le traditionnel dîner.
Carl : « Encore des carottes, on va en faire une indigestion pour finir »
Bart : « Arrête de te plaindre, c’est bon pour toi et sa augmente la vision nocturne, alors mange !! »
Carl : « Je suis d’accord mais j’aimerai une fois dans la semaine, que l’on nous prépare quelques chose de différent, on se croirait à l’hôpital, et même, la bouffe est moins dégueux à l’hosto qu’ici. »
Ayant pris chacun leur plateau repas d’une mains et leur bière, sans alcool, de l’autre, ils allèrent s’assoire au fond de salle, comme à leur habitude depuis qu’ils avaient été transférés en Amérique du sud.
C’est à ce moment que le troisième membre de la section apparut dans la cafétéria. Alisson Mc Clif avait passé sa matinée à bouquiner et à faire quelques croquis dans son cahier de note.
Elle alla chercher son plateau repas et s’assis à coté de Bart.
Ali : « Alors capitaine, la vie est belle ? »
Bart : « On fait allez sergent, on fait allez.»
[color:018d=cyan:018d]Carl : « Qu’avez-vous pris comme repas ? »
Carl aimait taquiner Ali car il n’y avait pas le choix de la nourriture dans cet infâme réfectoire.
En bon soldat entraîné et sachant pertinemment bien qu’elle allait avoir cette réflexion stupide de la part de Carl.
Ali répondit : « Comme vous sergent, des délicieuses carottes !!! » avec un petit rire moqueur.
Le repas se passa comme à l’accoutumer sans aucun dialogue. Mais ce n’était pas pour autant qu’ils ne s’appréciaient pas. Au contraire, depuis qu’ils avaient été nommés dans cette section, ils avaient fait beaucoup de travail sur eux même pour pouvoir se comprendre d’un simple regard. C’était Carl qui avait proposé cet exercice car, dans son sport favori, c’était l’une des choses les plus importantes et, sur le champ de bataille, il n’y avait pas souvent la possibilité de se parler. La section avait bien accepté cet « entraînement » un peu farfelu mais très bien pensé. Bart avait été assez enthousiasmé par cet apprentissage car il avait déjà pratiqué cela avec Carl pendant leurs années académiques.
A la fin du repas, Bart pris la parole.
Bart : « Cet après midi, je nous ai réservé le hangar de tir pour nous entraîner, histoire de ne pas perdre la main. »
Carl : « Bon ça, on va aller dégommer des Zéonniens en papier. »
Bart : « Ne t’emballe pas comme ça Carl, toi tu auras un fusil sniper et pas une mitraillette, car j’ai vu tes derniers résultats et tu es assez mauvais dans ce domaine. »

Bart râlait un peu car le fusil sniper n’était pas son domaine de prédilection, mais comme l’ordre venait de son supérieur et amis, il accepta.
Carl : « Bien capitaine, à vos ordre !!! ».
Bart se tourna ensuite vers Ali.
Bart : « Tu auras droit au pistolet laser, je sais que tu es assez douée avec celui là. »
Ali : « A vos ordre, mais quand devons nous nous présenter au hangar ? »
Bart : « Exact j’allais oublier, vous avez trente minutes pour vous préparer, c'est-à-dire vous débarbouiller de toute la graisse que vous avez sur la figure sergent Bezanah !! »
A ces mots, Carl fut surpris car il s’était déjà laver une fois. Ce qui l’énervait, c’est que après l’entraînement il devrait encore se laver.
Carl : « Bien capitaine. »
Tous trois rangèrent leur plateau repas dans l’armoire mobile prévue pour cet effet et s’en retournèrent dans leur quartier.
Arrivé le premier sur place, Carl ; tout propre et en tenue de travail avec le pantalon beigne, la chemise beige avec le sigle de la section cousu mains sur la manche droite, et les rangers beige évidement ; attendait accoler à la porte. Ce fut Ali qui arriva ensuite, suivit de Bart.
Bart pris la parole : « L’entraînement d’aujourd’hui consistera à trouver des cachettes dans un milieu désertique, vous devrez toucher les seize cibles présentent sur le parcours, j’ai moi-même demander à ce qu’un nouveau parcours nous soit construit. »
Ce genre d’entraînement n’était pas réaliser au hasard, il sentait comme un besoin de s’entraîner dans des conditions spéciales et généralement, son flaire ne le trompait jamais.
Bart : « Comme chacun à une arme différente, vous allez devoir procéder en solo. »
Ali : « Mon capitaine, ne serait-ce pas mieux de la faire en équipe, pour le tire en solo on peux toujours aller sur le pas de tir. »
La voix d’Alisson faiblit sur la fin. Bien qu’elle connaissait les deux membres de l’équipe, elle venait de contredire un ordre de son supérieur.
De suite, elle reprit la parole.
Ali : « Pardon de vous avoir couper mon capitaine, veuillez m’excuser. »
Bart : « Ne le soyez pas sergent, c’est moi qui n’avait pas penser à cette éventualité, puisque c’est comme ça, vous ferez équipe avec Carl. »
Carl : « Et vous mon capitaine, que ferez vous ? »
Le ton de sa voix indiquait de la moquerie, en effet, Carl ne s’entraînait presque plus avec son vieil ami depuis qu’il avait été promu chef de la section des « Gold Lion ». Ceci ne passa pas inaperçu aux yeux de Bart et, sans vouloir faire sentir qu’il mourrait d’envie lui aussi de tâter du Zéonniens en papier mâché, il décida de se mettre dans la petite mise en scène.
Bart : « pour une fois vous avez raison Carl (tout en lui faisant un subtil clin d’œil), je vais participer, il faut quand même bien que quelqu’un dirige ma section sur les terrains inconnus. »
Tout trois passèrent par l’armurerie pour prendre possession de leur arme respective. Carl avait déjà pu s’entraîner dans ce hangar, avec ses compagnons bien évidement, mais cette fois là, les décors ressemblaient plutôt à une ville abandonnée. Quand ils entrèrent dans le hangar, ils furent surpris du résultat. Le hangar paraissait beaucoup plus grand qu’à l’accoutumer. Le sol était jonché de pierre, petites collines, et quelques buissons épineux. On se serait cru en plein désert d’Atacama, mais sans les buissons.
Carl : « Qui aurait pu croire que ce hangar était si immense quand on sait que l’on est six pieds sous terre !!! »
Ali : « En effet, je savais que la base était grande mais à ce point… »
Bart : « Ne nous attardons pas sur cette futilité voulez-vous, commençons l’entraînement. »
Bart distribua des casques émetteurs récepteurs pour qu’ils puissent se parler entre eux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carl Bezanah

avatar

Nombre de messages : 40
Age : 31
Date d'inscription : 24/01/2007

MessageSujet: Re: Jaburo QG de la Fédération   Mar 27 Mar - 7:23

Bart : « Voilà les consignes de cet entraînement, vous devez essayer de parler le moins possible avec vos partenaires, j’ai donné des consignes dans le salle de contrôle pour qu’il mette un dispositif d’alerte sonore. Si vous dépassez la limite que j’ai fixé, la lampe rouge s’allume, vous êtes repérez, et donc… mort. »
Carl le coupa en s’excusant.
Carl : « Pourquoi ce dispositif ? Dans le désert, personne ne nous entend ? »
Bart : « Détrompez-vous sergent, dans le désert, les bruits ne sont pas arrêté par des obstacles vu qu’il n’y a quasi rien, de plus je vous ferais remarquer que les soldats de Zéon possèdent des mobiles suit extrêmement performant et qu’ils sont sûrement doté de dispositif d’écoute et de repérage à distance.
Mais bon, continuons. Vos objectifs sont simples. A l’opposé d’où vous êtes, il y a un interrupteur à enclencher. Pour l’enclencher, vous devez vous frayez un chemin sans être repérer par les caméras fixées un peu partout dans le hangar, et vous devez abattre tous les soldats que vous trouverez. Comme vous le savez, les opérations se font généralement de nuit donc la lumière sera tamisé comme si une simple lune nous éclairait. Bonne chance à vous. »

Quand Bart eu fini sont petit discours, les trois soldats se déplacèrent dans le hangar. Bart donna le feu vert pour cette mission factice. Les lumières se coupèrent, seul une énorme lumière blanchâtre resta allumée.
Les écouteurs grésillaient un peu dans les oreilles mais Carl et Ali comprirent de suite l’ordre donné par Bart.
Bart : « En formation delta, Ali tu pars à droite, Carl tu restes en retraite pour nous couvrir, terminer. »
Le « tu » avait un peu déboussolé Ali car Bart ne lui adressait la parole que par le vous obligatoire. Mais en mission, Bart trouvait que l’union d’une équipe était primordiale. C’est pour cela qu’exceptionnellement, Bart tolérait les « tu » dans les configurations de combat.
Au bout de dix minutes, ils avaient parcourut un tiers de la distance à couvrir et avaient tué 4 soldats et détruit deux jeeps en cartons. Lors de leur progression, Carl vit apparaître dans sa lunette une immense forme qu’il reconnut tout de suite.
Carl : « Ms repéré à deux heures. »
D’un seul coup, il se retourna, ajusta sa position de tire et logea une balle dans la tête « caméra » du Zaku.
Carl : « # un Zaku en papier immobile, c’est un jeu d’enfant de l’abattre, il pourrait au moins le faire bouger # » pensa-t-il.
40 minutes plus tard, la pseudo mission touchait à sa fin et les trois membres attendaient les résultats dans la salle de contrôle. Bart semblait enthousiasmé car la lampe rouge ne s’était allumé pour aucun membre de l’équipe, preuve qu’ils savaient communiquer sans se faire repérer. Tout en parlant avec le staff technique de la salle de contrôle, Carl regardait Ali qui semblait un peu fatigué par tout ce travail. L’imprimante se mit en marche en les résultats sortirent de l’énorme machine.
Bart : « Bon, voyons voir ça. Mission réussie, c’est déjà un bon point. Résultat des tirs excellent. Félicitation à vous, vous avez bien gagné une bonne douche et un peu de repos avant le souper. »
Bart donna les résultats à Carl et à Ali.
Bart obtenait 98% au tir et avait dégommé 5 soldats.
Ali obtenait 98% également avec 4 soldats descendus et une jeep détruite. Quand à Carl, il obtenait 95% au tir et avait liquidé 3jeeps, 2 soldats et un Zaku.
Carl : « Fameux cet entraînement capitaine, vous avez eu une idée de génie. Je ne m’en sors pas trop mal avec le fusil sniper pour finir. »
Le tout dit avec un large sourire.
Bart : « C’est pour cela que je vous ai fait prendre cette arme, sinon quel intérêt avez-vous à combattre des statues en bois avec une arme dont vous ne connaissez pas le fonctionnement. »
Alisson se sentait fatiguée car cela faisait trois jours qu’elle ne dormait pas pleinement, quelque chose la perturbait mais elle ne savait pas dire quoi.
Ali : « Pouvons nous disposer capitaine ? »
Bart : « Oui allez y, rendez vous à 18h00 pour le repas. »
Carl et Ali s’en allèrent. Ils retournèrent dans leur chambre qui se trouvait dans le même couloir. Bart resta encore un petit moment à analyser les résultats.
Bart : « #J’ai de bon éléments, mais j’aimerai en avoir un de plus pour former une vrai unité.# »
Il s’en alla, pris congé des personnes du staff technique et retourna lui aussi dans sa chambre.
Vers 16h30, il reçu un coups de « télévisio-conférence » (téléphone avec écran).
C’était le commandant de la base VOIR NOM qui lui demandait de se présenter dans son bureau dans 30 minutes.
Bart se précipita dans la douche et enfila ensuite une tenue plus correcte pour se présenter au commandant. Il alla ensuite se présenter immédiatement au bureau du commandant VOIR NOM.
Cd : « Entrez capitaine, asseyez-vous. »
Bart : « Que me vaut l’honneur d’être appelé dans votre bureau commandant ? »
Cd : « Capitaine, j’ai une mission pour vous et vos hommes. Vous n’êtes pas sans savoir que depuis peu, les forces de Zéon ont un peu lâché leur base de Nairobi. Vous et votre section devrez aller voir de quoi il s’en retourne là bas et nous préparer le terrain pour la grande offensive contre Zéon sur le sol Africain. »
Il tendit à Bart une enveloppe cachetée et où le cachet « confidentiel » était apposé.
Cd : « Tenez, voici toutes les informations dont vous avez besoin. Pour ce qui est du jour et de l’heure du départ de votre mission, on vous le communiquera 48 heures avant votre départ. Avez-vous des questions ? »
Bart n’ouvrit pas l’enveloppe, car il avait confiance en son commandant, il savait que toutes les informations dont il aurait besoin s’y trouveraient.
Bart : « Combien de temps durera cette mission de reconnaissance ? »
Cd : « Vous le saurez au moment venu. »
Bart : « A vos ordre ! »
Bart salua le commandant et sorti du bureau. Il retourna dans sa chambre avec la précieuse lettre pour pouvoir étudier son contenu. Il alluma la petite lampe qui était fixé au bureau et décacheta l’enveloppe. A l’intérieur, il y avait de nombreuses photos aériennes de l’Afrique et plus particulièrement de Nairobi et de ses alentours. Il étudia un moment les photos puis passa aux objectifs de cette mission.
Les objectifs étaient clairs :
- Mission de reconnaissance dans les alentours de Nairobi.
- Trouvez et délimitez un périmètre pour l’arrivée des troupes de la Fédération le moment venu.
- Ne jamais se faire repérer et attendre les ordres une fois que tout a été mis en place.
- Déplacement en avion jusqu’au point de largage, en parachute, puis sur place, deux jeeps vous y attendent avec tout le matériel nécessaire.
Le contenu de la lettre s’arrêtait là. Bart fut un peu étonné car il pensait avoir beaucoup plus d’informations à ce sujet.
Carl et Ali étaient tous deux en train de parler de tout et de rien en buvant un verre dans la chambre de Carl quand tout à coup, le « télévisio-conférence » sonna. Carl décrocha.
Bart : « Sergent, réunion spéciale dans mon bureau dans 10 minutes, nous avons du nouveau. Je vais prévenir le sergent Alisson. »
Carl : « Pas besoin chef, elle est avec moi. »
Alisson poussa Carl et pris la parole devant le « télévisio-conférence ».
Ali : « Bien chef nous serons là dans 10 minutes. »
Bart : « Ok, je vous attend, ne traîner pas en chemin. »
Le « télévisio-conférence » se coupa.
Carl : « Que peut-il bien nous vouloir à cette heure, et proche de repas en plus ? »
Ali : « Arrête de discuter et prend ta veste, ou l’on va encore être en retard de ta faute. »
Carl : « De toute façon vu le menu de se soir, manger ou pas reviendra au même. »
Ali avait fait un léger sourire et ils partirent en direction du bureau du capitaine Wartoon.
Arrivé devant la porte du bureau, ils frappèrent tous les deux en même temps, réflexe dû aux entraînements. Ils entrèrent.
Bart : « J’ai une mauvaise nouvelle mais qui en même temps peut être une bonne nouvelle. On nous envois en mission de reconnaissance en Afrique. Pour préparer la grande attaque contre Zéon. »
Carl : « Quoi l’Afrique, en cette période. On dirai que vous avez eu du flaire pour l’entraînement de cet après midi, hein capitaine. »
Carl fit un maxi clin d’œil à son amis qui compris la petite allusion et si mit à rire, histoire de détendre l’atmosphère.
Bart : « Tu as raison Carl, je ne l’ai pas fait exprès je te rassure, sinon, on pourrait penser que je suis un new type alors que je n’ai jamais été dans l’espace. »
Bart tendit l’enveloppe contenant les photos et les documents aux deux autres. Carl l’ouvrit et donna les objectifs à Ali. Il garda les photos et commença à les observer. Son comportement avait changer, comme s’il avait arrêté de plaisanter et qu’il prenait cette observation au sérieux. Il reconnut tout de suite les photos satellites.
Carl : « Mais c’est Nairobi, l’une des bases de Zéon en Afrique !!! »
Ali : « Tout juste Carl, dans les papiers, il est mis que nous devons effectuer une mission de reconnaissance pour la grande attaque contre le QG de Nairobi. »
Bart : « Je vois que vous êtes perspicace, je n’ai rien d’autre à vous apprendre car on ne m’a pas communiqué la date de notre « voyage scolaire ». Maintenant que vous savez tout, vous pouvez retourner dans vos appartements, on se retrouve pour manger vers 18h. »
Carl : « Venez boire un verre avec nous capitaine. »
Bart : « Volontiers mais j’ai encore du travail, je vous retrouverai au bar avant le repas. »
Carl et Ali descendirent pour aller boire une bière et jouer aux cartes. Bart n’apparut qu’au début du repas.
Comme à midi, aucune parole ne fut échangée, tous étaient un peu exciter de partir en mission car depuis un certain temps ils n’étaient pas partis, et méfiant car ils ne comprenaient pas pourquoi ils étaient si peu à partir dans une mission aussi importante. Ils attendaient avec impatience le jour où l’on fixera la date de départ.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Jaburo QG de la Fédération
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» tuto haradrim, opération désert
» Salle d'opération section civile
» Votre fédération 2011.
» Ambassade de la Confédération du Rhin {LCR}
» L'Opération d'Opium pour sa dysplasie ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Batailles d'Afrique :: Lieux de jeu :: Anciens sujets-
Sauter vers: